Rechercher
  • Collectif INFOCORONA

Vaccinés détectables par Bluetooth ?

Dernière mise à jour : 11 janv.



En cherchant sur le Net, on trouve pléthore d'avis concernant le fait que des personnes vaccinées soient détectables ou non par Bluetooth. Les médias hurlent bien évidemment à la "fake-news", mais peu de gens tentent l'expérience alors que c'est très facilement réalisable !


Des applications existent, comme "Find My Bluetooth Device" sur Androïd, ou "BLE Finder" sur iPhone, et ces applications affichent d'étranges "dispositifs" qui ne répondent pas au standards Bluetooth, en ce sens qu'il s'agit juste d'une adresse Bluetooth (MAC Address) de 6 octets, donc quelque chose du type 90:DD:5D:9D:EC:47 comme dans l'image ci-dessus.


Un dispositif normal doit afficher son type et son nom, comme par exemple [TV] Samsung Q7 comme ci-dessus. A noter que sur iPhone, on ne peut pas voir la "MAC Address", car iOS ne la transmet pas lorsque le dispositif ne s'est pas identifié correctement, l'application affiche donc "Unknown Device" (dispositif inconnu). Mais cela permet tout de même de vérifier la présence ou l'absence d'un tel "dispositif"...

Voici à quoi ressemble l’affichage donné par le « BLE Finder » (image ci-dessous).



On peut ainsi constater que lorsqu'on est par exemple seul dans la nature et loin de tout être humain, le téléphone n'affiche rien :



Et que lorsqu'un promeneur s'approche on voit souvent s'afficher "Unknown Device" sur iPhone ou une des ces "MAC Address" sur Androïd.



Ensuite lorsque la personne s'éloigne, le "dispositif" détecté disparaît... ce qui est bien la preuve que c’est quelque chose émis par la personne ou ce qu’elle porte. Il faudrait alors savoir si elle a été vaccinée ou testée par PCR (apparemment le phénomène se manifeste aussi dans ce dernier cas).


Si l'on teste en environnement urbain, dans un appartement par exemple, on peut voir des dizaines de ces "dispositifs", une bonne cinquantaine par exemple dans un immeuble de Genève.


L'expérience est telle qu'il est impossible de douter de sa réalité. On peut bien évidemment soupçonner qu'il s'agisse d'un dispositif sans-fil porté par la personne détectée, mais dans ce cas, pourquoi n'afficherait-il pas son type et son fabricant, comme il se doit ? Ne pas le faire le rend inutilisable pour un appareil normal.


Alors, est-ce vraiment quelque chose lié au vaccin ?


Le soupçon est qu'une nanopuce aurait été implantée en même temps que l'injection était administrée, et que cette nanopuce émettrait ensuite un signal Bluetooth identifiable par un smartphone par exemple. A priori, cela semble impossible, car si on peut certainement faire une puce très petite, suffisamment pour passer par une aiguille de seringue telle qu'utilisée pour les injections de vaccin covid, il faudrait deux éléments beaucoup plus volumineux : une antenne, qu'on ne peut pas miniaturiser ad infinitum sans perdre énormément de distance de transmission vu la longueur d'onde utilisée, et une source d'énergie. Cette dernière pourrait provenir de l'environnement, comme c'est le cas avec les "RFID", ces puces qu'on implante aux animaux pour les identifier. Le lecteur qu'on approche de l'endroit où se trouve la puce envoie un signal suffisamment fort pour que la puce puisse stocker assez d'énergie dans un condensateur pour pouvoir ensuite émettre l'identifiant présent sur la puce. Mais dans le cas qui nous occupe, il est difficile d'imaginer comment la nanopuce pourrait fonctionner à bonne distance (dix mètres en tout cas, souvent davantage) sans source d'énergie identifiable, hormis l'électrosmog ambiant.


Hypothèse : le graphène (oxyde de graphène, hydroxyde de graphène...) qu'on soupçonne être présent dans le vaccin, pourrait développer une sorte de réseau (qu'on observe d'ailleurs sous microscope) et pourrait ainsi constituer une antenne, capable aussi bien de capter l'énergie électromagnétique présente dans l'environnement, que de pouvoir s'interfacer avec un appareil Bluetooth comme un téléphone par exemple. Difficile néanmoins de comprendre comment assez d'énergie pourrait être stockée, car émettre du Bluetooth réclame une certaine quantité d'énergie, même avec le protocole "Bluetooth Low Energy". De plus, le dispositif semble capable de conserver la liaison, donc d'émettre constamment, ou en tout cas sur une certaine durée.

La nanopuce pourrait être placée non pas dans le vaccin, mais directement dans la seringue, de manière à assurer qu'une seule puce soit injectée. En effet, une fiole de vaccin peut servir à plusieurs injections et le risque serait que plusieurs puces soient injectées, ou aucune. Comme le réseau de graphène pourrait disparaître avec le temps, des rappels fréquents de vaccin avec du graphène pourraient être nécessaires pour maintenir la fonction Bluetooth.


Pour tenter d'y voir plus clair, une expérience a été menée, nommée "Projet Bluetooth Expérience X", dans l'idée de pouvoir confirmer ou infirmer le fait que ce soient bien les vaccinés qui soient ainsi identifiables par Bluetooth. L'expérience a été faite avec des outils professionnels, et non avec des smartphones, de manière à exclure un possible artefact dû au téléphone. Le rapport est disponible ci-après.


Cette expérimentation met en évidence de manière indiscutable les éléments suivants :

  • Aucune personne non injectée, non testée n’émet de signal

  • Des personnes injectées émettent des signaux dans environ 40% des cas

  • Des personnes non injectées mais testées par PCR émettent des signaux dans 50% des cas

Des tests plus poussés ont été faits dans des grottes, pour éviter l'effet de l'électrosmog ambiant. Il semble qu’à la fois les personnes injectées et les personnes testées PCR émettent des signaux en dehors de toute activation induite par un champ électromagnétique environnemental. Cependant ces signaux ne semblent pas constants dans le temps et leur activation semble dépendre de conditions qui restent à définir.


TELECHARGER LE RAPPORT "PROJET BLUETOOTH EXPERIENCE X"


TELECHARGER LE PDF DE CETTE PAGE


Chacun est encouragé à faire ses propres expériences et à en tirer ses propres conclusions !


VIDEOS SUR "ODYSEE.COM"


https://odysee.com/@vivreautrement:6/Les-vaccin%C3%A9s-sont-puc%C3%A9s-et-d%C3%A9tectables-par-Bluetooth:5


https://odysee.com/@vivreautrement:6/BLUETOOTH-CHALLENGE-VACCINE:f


https://odysee.com/@AT:c/vaccine_codes_bluetooth:3



101 vues0 commentaire