Rechercher
  • Ghislain Martel

Le masque chirurgical protège-t-il réellement contre les maladies infectieuses respiratoires ?

Mis à jour : févr. 11



Les citations et autres extraits cités ci-dessous sont tirés de rapports scientifiques et médicaux variés, ou de revues scientifiques et médicales. Ils traitent de l'efficacité ou non des masques. Sources et références mentionnées après chacun des extraits ou à la fin.


Les citations présentées à la suite, concernent des affirmations personnelles de médecins et autres professionnels sur l'efficacité présumée des masques et autres barrières anti-contagion.


J'invite les gens à consulter les différentes sources pour accéder à des informations plus complètes et à effectuer leur propre recherche. Il en tient à chacun de nous de se faire une idée éclairée et sourcée nous permettant de conclure ou non à la véracité d'assertions ou d'affirmations sur le masque pouvant avoir un impact sur les santé des gens.


QUELQUES CITATIONS :


Annals of Internal Medecine

"[...] Les deux types de masques, chirugical et de cotton, semblent inefficaces dans la prévention de la dissémination du SARS-CoV-2 par la toux des patients atteints de COVID-19 dans l'environnement et les parois externes du masque. "[1]


Journal of the American Medical Association

Les masques faciaux ne doivent pas être portés par des individus en bonne santé pour se protéger eux-mêmes contre les infections respiratoires, parce que il n'y a aucune évidence qui suggère que les masques faciaux portés par des individus en bonne santé soit efficace dans la prévention de la maladie."[4]


Université d'Édimbourg

"Réciproquement, les masques chirurgicaux et artisanaux, ainsi que les visières génèrent significativement des jets propulsés qui ont le potentiel de disperser les particules de fluides chargés en virus à plusieurs mètres. La nature différente de ces masques et de ces visières fait en sorte qu'il est difficile de prédire la direction de ces jets de particules [...]. Ils ont tous démontré un retour de jet intense (vers l'arrière - NDLR) lors de la respiration lourde ou en conditions de toux. Il est important d'être conscient de ce jet, d'éviter un faux-sentiment de sécurité qui peut se produire quand on se tient à côté, ou derrière, une personne portant le masque chirurgical, un masque artisanal ou une visière."[3]


Dr Steven Gundry

« Les masques chirurgicaux que je porte dans la salle d'opération ne protègent pas contre la transmission virale, ils sont totalement perméables aux virus. Ils ont été conçus pour empêcher les bactéries de contaminer les plaies et franchement, [...] même là, ils ne font pas un très bon travail. »


Center for Infectious Disease Research and Policy

"Il n'y a aucune preuve que les masques chirurgicaux portés par les professionnels de la santé sont efficaces pour limiter l'émission de petites particules ou pour prévenir la contamination des plaies pendant la chirurgie."[5]


Antoine Khoury, microbiologiste

« Les masques qui sont sur le marché ne font rien pour protéger les gens du virus : ils ne sont pas stériles contrairement à ceux qu’on retrouve dans les hôpitaux et il ne faut pas les porter plus de 15 ou 20 minutes, sinon ils vont se transformer en incubateurs à bactéries. Et c’est encore pire pour les masques en tissus, de véritables ramassis de bactéries parce qu’ils sont poreux »,


Radonovich, L.J. et al. (2019)

"Une étude parue en 2019, comprenant 2862 participants randomisés et où 2371 ont complété l'étude et dont on a compté 5180 saisons pour les travailleurs de la santé, des masques resirateurs de type N95 et des masques médicaux portés par les participants ont résulté en AUCUNE DIFFÉRENCE SIGNIFICATIVE dans l'incidence de la grippe confirmée (influenza) en laboratoire."


Pr. Laurent Toubiana, épidémiologiste, Dr en physique, directeur général IRSAN

"De la même manière que le confinement généralisé d'une population, le port du masque généralisé en espace ouvert n'a aucun fondement scientifique et me paraît complètement délirant et ahurissant."


Dr Judy Mikovits, microbiologiste moléculaire

"Mettez fin aux masques faciaux qui activent le virus et tuent littéralement les gens, en particulier ceux qui ont reçu le vaccin contre la grippe. Nous ne devons pas respirer continuellement notre propre air vicié. Les personnes les plus vulnérables pourraient en mourir."


Jean-François Huet, Médecin anesthésiste réanimateur

“En milieu professionnel, on se lave les mains avant de mettre un masque et la deuxième fois qu'on le touche c'est pour le mettre à la poubelle.


Dans le public on met un torchon hors d'âge sur le nez pour rentrer dans un restaurant.

On l'enlève pour manger. On le remet pour aller aux toilettes. On l'enlève pour continuer son repas. On le remet pour aller payer. On l'enlève sur le parking du restaurant. On le fourre dans sa poche dans son sac ou dans sa boîte à gant.


Dans la plupart des cas on recommence les mêmes cycles stupides avec la même "technique" dans un nombre indéterminé de cas.


Impossible à un professionnel de valider un tel cirque.


Moralité 99,99% de ces torchons sont des passoires et des bouillons de culture ,ils contiennent des quantités invraisemblables de bactéries de virus sur les deux faces. Impossible de valider ça après 45 ans de travail au bloc opératoire en USI et en maternité.”


Le port du masque :

  • DIMINUE L'APPORT EN OXYGENE : respirer au travers d'un masque diminue la quantité d'oxygène dans le sang jusqu'à 20%

  • AUGMENTE L'INHALATION DE CO2 : le masque provoque l'inhalation des déchets que l'on expire et augmente la quantité de CO2 dans le sang

  • AFFAIBLIT LE SYSTEME IMMUNITAIRE : avec moins d'oxygène et davantage de CO2 il augmente le stress et génère une émission de cortisol qui affaiblit le système immunitaire

  • AUGMENTE LE RISQUE D'INFECTION : le masque produit un environnement chaud et humide très propice à la multiplication des bactéries, virus et champignonsqui s'y accumulent et qu'on respire à chaque inspiration

  • NE FILTRE PAS LES VIRUS : le masque filtre uniquement des particules plus grosses que 3 microns et ne permet pas de filtrer les virus dont la grosseur n'est que de 0.06 à 0.2 microns, il n'est efficace que contre les projections de gouttes

  • N'A AUCUNE VALIDITE SCIENTIFIQUE : aucune étude scientifique n'a jamais pu apporter la preuve que les masques de type chirurgical ou en tissu pouvaient prévenir la contagion


Références

  • https://www.lesalonbeige.fr/didier-raoult-le-confinement-les-masques-ce-sont-des-decisions-politiques-et-non-pas-scientifiques

  • https://swprs.org/coronavirus-un-medecin-suisse-parle/

  • https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2749214

  • https://www.inspq.qc.ca/publications/3053-methodes-barrieres-environnements-travail-covid19

  • 1) https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/M20-1342

  • 2) https://www.medicalnewstoday.com/articles/313110

  • 3) https://www.arxiv.org/ftp/arxiv/papers/2005/2005.10720.pdf

  • 4) https://www.jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2762694

  • 5) https://www.cidrap.umn.edu/news-perspective/2020/04/commentary-masks-all-covid-19-not-based-sound-data

  • 6) https://multipolar-magazin.de/artikel/maskenpflicht-gesellschaftliches-klima

  • 7) https://off-guardian.org/2020/06/06/coronavirus-fact-check-6-does-wearing-a-mask-do-anything/


LIEN SUR L'ARTICLE ORIGINAL COMPLET



10 vues0 commentaire

© 2013-2021 by ANTAKARANA - Olivier Bodenmann / 078 682 32 66

  • Facebook Social Icon